Auteur : 

José Sanchis Sinisterra

Traduction : 

Ángeles Muñoz 

Mise en scène :

Olivier Jeannelle

Assistant mise en scène :

Nathan Croquet

Avec :

Denis Rey,

Cécile Carles

& Olivier Jeannelle

Lumières :

Didier Glibert

Décors - Accessoires :

Jean Castellat

Costumes :

Charlotte Pecquenard

Brigitte Tribouilloy

Musique & Son :

Aline Loustalot

Mathieu Hornain

Administration :

Loïc Mirouze

 



Production : Cie Le Bruit des Gens | Co-Production : Association du Grenier à la Scène | Partenaires : La Maison du Peuple de Millau, MJC de Rodez - Théâtre des 2 Points, Service Culturel de Gaillac, Théâtre du Pavé Demandes de subventions en cours : Conseil Régional d'Occitanie, Conseil Départemental de Haute-Garonne, Ville de Toulouse.  

AY CARMELA !

De José Sanchis Sinisterra


 

 

« C’est en Espagne que les hommes ont appris qu’il est possible d’avoir raison et cependant souffrir la défaite. Que la force peut vaincre l’esprit et qu’il y a des moments où le courage n’a pas de récompense. C’est sans doute ce qui explique pourquoi tant d’hommes dans le monde considèrent le drame espagnol comme un drame personnel. »

ALBERT CAMUS.

 

 

La pièce emprunte son titre à la célèbre chanson des républicains espagnols et des brigades internationales, ¡Ay Carmela!, connue aussi sous le nom de El paso del Ebro.

Paulino et Carmela, un couple d’artistes de variétés parcourent le pays pendant la guerre civile espagnole, à la recherche de petits contrats pour survivre. À la faveur d’un épais brouillard, ils traversent sans s’en apercevoir la ligne de front près de la petite ville de Belchite (1) récemment « libérée » par les troupes de Franco et de Mussolini. Réquisitionnés par les Franquistes, nos deux saltimbanques sont obligés de se produire devant un parterre de généraux victorieux, pour une « sympathique Soirée Artistique, Patriotique et Récréative ». Largement conçu par un capitaine fasciste italien, le spectacle se termine par un numéro destiné à humilier un groupe de miliciens des Brigades Internationales « invités » à assister à la représentation, avant leur mise à mort prévue le lendemain. Pour sauver sa vie, Paulino est prêt à se soumettre aux ordres. Mais Carmela, émue par les jeunes condamnés, se révolte contre l’ignominie et entonne le fameux chant ¡Ay Carmela! Elle sera immédiatement exécutée sur scène !

La pièce est construite en une série de flash-back entre le soir de la représentation et les jours suivants. Par un procédé cher au théâtre, José Sanchis Sinisterra  n’hésite pas à faire ressusciter les morts pour qu’ils viennent devant nous régler leurs derniers comptes.

  

(1) Ville de Belchite : lieu emblématique de la terrible offensive républicaine en Aragon en 1937, reprise par les franquistes en mars 1938. Les ruines du vieux villages se visitent encore aujourd'hui.


Prochaines dates de Ay Carmela ! :

Spectacle en création ...  


Dates passées de Ay Carmela ! :


Actions culturelles autour de Ay Carmela ! :

  • Immersion ludique et créative dans les textes de José Sanchis Sinisterra

  • Lectures Publiques

  • Rencontres et échanges avec les témoins d'une Histoire dépositaires d'une mémoire

Revue de presse de Ay Carmela ! :


Dossier de Ay Carmela ! :

Télécharger
Dossier Ay Carmela !
BG_AY CARMELA_DOSSIER sans CYCLE ARTISTE
Document Adobe Acrobat 4.4 MB

Les autres spectacles de la Cie Le Bruit des Gens :