Cie la nuit se lève


Comédien à Toulouse depuis 20 ans, Denis Rey ne se lasse pas de travailler avec de nombreux metteurs en scène sur des répertoires variés, aussi bien classiques que contemporains.

Malgré tout, il s’est retrouvé par deux fois à l’initiative de projets personnels avec la volonté de prendre complètement en charge la parole d’un auteur sans le filtre d’un metteur en scène :

  • Et puis, quand le jour s’est levé, je me suis endormie de Serge Valletti en 2008.
  • L’Amant de Harold Pinter en 2012.

Ces deux spectacles étaient portés à l’époque par La Cave Poésie René Gouzenne.

Aujourd’hui, la liberté de créer impose une autre forme d’organisation.

Rétif à l’idée de constituer une structure de plus à Toulouse, et pour ne pas souscrire à cette équation : un comédien = une compagnie, ou si l’on préfère : une compagnie par comédien, Denis Rey souhaite faire naître une entité légère afin d’inventer des projets de façon ponctuelle, loin d’une régularité de création.

Ce sera La nuit se lève.

Parce que l’obscurité d’un théâtre est la promesse de tous les possibles.

Parce que la nuit est propice aux étoiles, aux folies et aux songes.

Parce que…

Parce que.

 

La nuit se lève se veut porteuse de projets simples, légers, modestes. A priori un seul acteur au service d’un texte, d’un auteur, sans décor et sans artifice, avec l’idée première que le théâtre peut convoquer l’imaginaire du spectateur, doit parler du monde et de notre condition humaine.

La nuit se lève se veut libre, sans contrainte d’efficacité ni de rendement, elle créera de façon sporadique, sans que les logiques de production ne viennent dicter le rythme de ses désirs.

La nuit se lève est un nom, une identité. Elle est sans papiers car elle n’est pas enregistrée à la préfecture sous un numéro.

Mais elle est accompagnée de façon professionnelle, juridique et administrative par l’association La Cuisine.

 

Merci à elle !