ACTIONS CULTURELLES AUTOUR DES SPECTACLES DE LA CIE le bruit des gens


Pour chaque spectacle, des formules plus conséquentes que les options proposées ci-dessous sont envisageables. Contactez-nous pour en discuter ! 

BAR & NUNZIO

Dans le cadre de la diffusion des spectacles Bar et Nunzio de Spiro Scimone, nous avons imaginé une série d’actions artistiques susceptibles  d’accompagner les représentations.

Outre la mise à disposition de documents écrits (essais et romans) et de matériel vidéo aussi bien documentaires que fictionnels, sur la Sicile, propres à sensibiliser différents  publics, nous avons plus particulièrement mis en place deux types d’actions :


Action 1 : Ateliers de pratique théâtrale sur les textes de Spiro Scimone - Minimum 2H

Ces ateliers ont pour but de proposer une immersion ludique et créative dans l’univers de cet auteur méconnu. Très facile d’accès, l’écriture de Spiro Scimone n’en est pas moins singulière. Son théâtre, tout empreint de sa Sicile natale, met en scène le silence.

 

C’est de lui qu’émerge l’action dont les mots ne sont qu’une infime partie visible.

 

Selon le public intéressé, débutant ou initié, lycéen ou adulte, nous choisirons parmi les textes de l’auteur, ceux qui seront les plus appropriés. L’objectif de l’atelier est de mettre à disposition des outils qui permettent de « monter » une scène, depuis la découverte du texte jusqu’à sa mise en situation théâtrale. Le travail s’effectuera en petits groupes sous la direction de l’acteur-metteur en scène Olivier Jeannelle.

 

Le format minimum pour un tel travail est un atelier de 2 heures. Il peut se décliner en deux ou trois séances selon le public visé et l’objectif souhaité.

 

 

Action 2 : Lectures performatives et participatives - 45 à 55 minutes

Parmi les nombreux ouvrages qui ont alimenté nos recherches et la réflexion dramaturgique au cours de la création du spectacle, un certain nombre de documents nous sont apparus comme étant tout à fait intéressants à livrer au public.

Soit parce qu’ils apportent un éclairage social, historique, politique ou encore culturel sur l’Italie et l’univers dans lequel évoluent les personnages de Spiro Scimone. Mais aussi pour certains d’entre eux parce que leur force poétique suffit à donner envie de les partager.

 

Ainsi est née l’idée de mettre en place des lectures publiques de tout ou partie de ces ouvrages, pour accompagner, prolonger ou précéder les représentations…

 

Liste non exhaustive des lectures disponibles à consommer sans modération : 

  • Les Malavoglia de Giovanni Verga. Chronique d’un petit village de pêcheurs sicilien à la fin du XIXe siècle - Extraits. 
  • Cavalleria rusticana et autres nouvelles siciliennes  de Giovanni Verga.
  • Gomorra – dans l’empire de la Camorra de Roberto Saviano. Immersion sans concession dans l’enfer mafieux napolitain – Extraits.
  • Malerba de Carmelo Sardo et Giuseppe Grassonelli. Vengence et rédemption d’un criminel, roman autobigraphique – Extraits

Chacune de ces lectures dure entre 45 et 55 minutes. D’un format confidentiel, elles sont prévues pour être données dans un espace peu volumineux (bibliothèque, foyer de théâtre, salle de réunion…), elles ne nécessitent aucun matériel technique particulier.

 

Elle sont prévues pour une jauge maximale d’une cinquantaine de personnes. Au-delà de quoi, la mobilisation d’une installation technique est à envisager.



au bout du comptoir, la mer !

 En marge des représentations de Au bout du comptoir, la mer ! de Serge Valletti, la compagnie Le Bruit des Gens souhaite proposer des séances de pratique artistique en direction d'un public initié (ou non) à l'art théâtral, sous la direction de l'acteur-metteur en scène Olivier Jeannelle.

 

Compte tenu du spectacle qu'accompagne ces séances, nous avons imaginé travailler sur le monologue théâtral et les différents modes d'adresse.

Nous pourrons aborder les écritures de Serge Valletti, Rodrigo Garcia, Jean-Louis Bourdon ou même Daniel Soulier, auteurs emblématiques d'un théâtre à la fois social et engagé, cher à la compagnie.  


Option 1 - Formule Légère - 3h

Après un bref échauffement collectif et une découverte en commun des textes choisis, chaque participant explorera sous la direction du metteur en scène, les différentes étapes qui vont de la lecture à l'interprétation d'un monologue théâtral en adresse directe au spectateur. 

Option 2 - Formule Plus - 6h

Le déroulé et les objectifs sont sensiblement les mêmes que pour l'option légère, mais le temps imparti permettra de proposer des textes plus longs. La journée se découpera en deux temps : après échauffement, un temps d'exploration dramaturgique plus conséquent le matin; et la possibilité dans l'après-midi de parfaire l'apprentissage du texte et d'approfondir son interprétation, autorisant sur la dernière heure une restitution du travail accompli. 



¡ ay carmela !

Dans le cadre de la création du spectacle ¡ Ay Carmela ! de José Sanchis Sinisterra nous avons imaginé une série d’actions artistiques susceptibles d’accompagner les résidences de créations et les représentations.

Outre la mise à disposition de documents écrits (essais et romans) et de matériels vidéo aussi bien documentaires que fictionnels, sur la Guerre d’Espagne, propre à sensibiliser différents publics, nous avons plus particulièrement mis en place trois types d’actions :


Action 1 : Ateliers de pratique théâtrale sur les textes de José Sanchis Sinisterra - Minimum 2H

Le théâtre de José Sanchis Sinisterra interroge souvent le rapport à la mémoire (historique ou individuelle), mais aussi le rapport que la scène tisse avec la salle et les spectateurs. Le Théâtre lui-même devient l’objet de la représentation, dans une savoureuse entreprise de mise en abîme.

 

Ces ateliers ont pour but de proposer une immersion ludique et créative dans cette écriture d’une jubilatoire inventivité.

 

Nous choisirons parmi les nombreux textes de Sinisterra celui qui sera le plus à même de servir de matériau en fonction du public intéressé : débutant ou initié, lycéen ou adulte. L’objectif de l’atelier est de mettre à disposition des outils qui permettent de « monter » une scène, depuis la découverte d’un texte jusqu’à sa mise en situation théâtrale. Le travail s’effectuera en petits groupes sous la direction de l’acteur-metteur en scène Olivier Jeannelle.

 

Le format minimum pour un tel travail est un atelier de 2 heures.

Il peut se décliner en deux ou trois séances selon le public visé et l’objectif souhaité.

Action 2 : Lectures performatives et participatives - 45 à 55 minutes

 

Parmi les nombreux ouvrages qui accompagnent nos recherches et la réflexion dramaturgique autour de la création du spectacle, un certain nombre de documents nous sont apparus comme étant tout à fait intéressants à livrer au public.

Soit parce qu’ils apportent un éclairage, historique, politique ou encore culturel sur l’Espagne, la Guerre de 36, le travail de mémoire et sur l’univers dans lequel évoluent les personnages de José Sanchis Sinisterra. Mais aussi, pour certains d’entre eux, parce que leur force poétique suffit à donner envie de les partager.

 

Ainsi est née l’idée de mettre en place un cycle de lectures publiques, susceptibles d’accompagner, de prolonger ou de précéder les représentations. Elles peuvent être également l’occasion d’une rencontre inédite entre le public et l’équipe artistique au cours de certaines résidences de création…

 

Liste non exhaustive des lectures disponibles à consommer sans modération :

  • Pas pleurer de Lydie Salvayre. Prix Goncourt 2014 – Extraits 
    "Ma mère s'appelle Montserrat Monclus Arjona, un nom que je suis heureuse de faire vivre et de détourner pour un temps du néant auquel il était promis. Ce soir, je l'écoute remuer les cendres de sa jeunesse perdue et je vois son visage s'animer, comme si toute sa joie de vivre s'était ramassée en ces quelques jours de l'été 36, et coimme si, pour elle, le cours du temps s'était arrêté le 13 août 1936."
  • Requiem pour un paysan espagnol & Le Gué  de Ramon Sender 
    1936. Un prêtre s’apprête à célébrer une messe de Requiem pour un jeune homme du village qu’il a vu naître et grandir, et qui a été exécuté par les Phalangistes… à cause de lui…et malgré lui… Tel est le début de l’argument du Requiem pour un paysan espagnol, ou le récit d’une journée au cours de laquelle, rien ne se passera comme convenu, et où la culpabilité set de moteur à l’imagination galopante d’un curé perdu entre ses valeurs et ses souvenirs… Interdit sous Franco, ce bref chef-d’œuvre circulera clandestinement jusqu’à devenir un symbole, débordant le cadre habituel de la littérature.

  • Le manuscrit du Corbeau de Max Aub
    L’humour féroce avec lequel, Max Aub (ou devrait-on dire son entomologiste Corbeau) raconte le quotidien du camp, demeure un hallucinant témoignage de l’univers concentrationnaire et du sort bien singulier que la République Française a réservé aux exilés espagnols, qu’ils soient combattants de la liberté, ou de simples civils fuyant la tyrannie franquiste qui allait sévir de l’autre côté des Pyrénées pour les quarante années à venir…

 

Chacune de ces lectures dure entre 45 et 55 minutes.

 

Elles sont prévues pour être données dans un espace clos (bibliothèque, foyer de théâtre, salle de réunion…), pour une jauge maximale d’une cinquantaine de personnes. Au-delà de quoi, la mobilisation d’une installation technique est à prévoir.

Action 3 : Rencontres et échanges avec les témoins de l’Histoire ou les dépositaires d’une mémoire.

Nous travaillons sur un texte auquel l’auteur a conféré une forte valeur historique.

 

Aussi,  à l’occasion d’une présence prolongée dans une ville ou d’une résidence de création, nous souhaitons initier un échange avec ceux qui, dans notre région, sont issus de familles ayant vécu la Guerre d’Espagne ou la période d’exil qui a suivi.

 

Les nombreuses associations espagnoles qui maillent notre territoire seront sans doute des relais intéressants pour cette démarche. L’idée étant de proposer sur le temps de présence de la Compagnie, un rendez-vous régulier, ouvert à tous, où chacun puisse venir mettre en partage un récit, un ouvrage, un souvenir, une image, un objet etc. en lien avec cette période de « notre » Histoire, et avec l’histoire de notre spectacle.

 

Ces rendez-vous seront l’occasion d’une rencontre forte et d’un échange inédit entre les spectateurs et les artistes sur l’Histoire, la mémoire, la création, la place de l’artiste et celle du citoyen.